Aller au contenu principal
Nos expertises

Rien ne se perd, rien ne se crée : tout se transforme ! Pour le papier aussi.

Laure Goetz
Laure Goetz
Chef de Projet & Rédactrice
Le Vendredi 4 septembre 2020 - 14:53
Croissance verte : un enjeu de taille pour aujourd'hui et pour demain.
Croissance verte : un enjeu de taille pour aujourd'hui et pour demain.

Ce cher Lavoisier avait raison, et c'est encore plus vrai lorsque les papiers sont recyclés ou issus de forêts gérées durablement !

Chez Maetva, nous avons à cœur de faire notre part, dans ce qui, bien plus qu’un enjeu, est une véritable philosophie pour notre entreprise : le respect de la planète.

Que ce soit dans nos agences, ou pour nos clients, nous privilégions l’impression de catalogues, revues, brochures, flyers, enveloppes, sur du papier neutre en impact environnemental.

Le papier, star de la VAD

Depuis 1988, les supports « papier » ont prouvé leur efficacité dans les stratégies de marketing et de communication omnicanal. Que ce soit dans le cadre d’opération VAD, d’affichage, ou dans la création de catalogues. Le papier reste un support de choix pour établir un lien physique avec le prospect.
Oui, mais ce lien ne doit pas se construire au détriment de l’environnement.

Main dans la main avec nos partenaires

Chez Maetva, nous travaillons avec des imprimeurs qui utilisent des papiers PEFC et FSC, et bien entendu, comme le papier seul ne suffit pas, nous privilégions également l’utilisation d’encres dites « vertes » (certification Imprim’Vert).
Pour le client final qui aura le catalogue entre ses mains, l’effort environnemental réalisé pourra être constaté en 3e ou 4e de couverture de son catalogue, grâce aux logos PEFC/FSC et Imprim’Vert.
Mais au fait… on vous parle de PEFC/FSC et encres « vertes » depuis quelques lignes, mais, savez-vous ce que cela signifie ?

Le papier PEFC : pour le renouvellement de nos forêts.

Aujourd’hui, la filière papetière française utilise à hauteur de 93% des bois provenant de France ou des pays voisins. Si la déforestation touche principalement les forêts tropicales, les forêts européennes sont largement préservées. Les forêts françaises seraient même en croissance de 30% depuis 1950 selon l’Organisation des Nations Unies.

Utiliser un papier certifié PEFC (comme Programm for the Endorsement of Forest Certification), c’est la garantie de participer à la gestion durable des forêts, en prenant en compte leur dimension sociétale, environnementale et économique. Un équilibre parfois délicat, que nous tenons absolument à préserver chez Maetva avec nos partenaires imprimeurs.

Sous-bois de forêt verdoyante

FSC : un label exigeant

Le label Forest Stewardship Council, est à la base une ONG créée un an après le Sommet de la Terre à Rio en 1993. Réunissant différents acteurs du monde de l’industrie, de l’environnement et des représentants des droits sociaux, son but est d’apporter une certification indépendante dans tous les types de forêts à travers le monde. Un cahier des charges précise les exigences du label, et des contrôles réguliers sont réalisés sur les forêts et les entreprises certifiées.
Ce label exigeant est la garantie de forêts mieux partagées et préservées.

Que dit le cahier des charges FSC ?

Il existe 10 principes qui doivent absolument être respectés pour obtenir le label. Entre autres : respect du droit des travailleurs et respect des conditions de travail, limitation des intrants et des pesticides et mise en œuvre pratique des activités de gestion des forêts (gestion des espèces, maintien ou préservation de certaines zones).

FSC délivre trois différents modèles de certificats : gestion forestière, chaîne de contrôle, bois contrôlé. Ce sont en fait des certificats qui se rapportent à différents stades de la production.
La certification FSC en France représente 39 600 ha et plus de 800 entreprises.

Une traçabilité de ces entreprises est assurée par l’attribution d’un numéro dédié, et est consultable sur Internet.

Pour imprimer vert… c’est Imprim’Vert.

Mais ça veut dire quoi au juste « imprimer vert » ?

Chez Maetva, nous aurions tendance à dire que c’est imprimer en laissant sa trace sur le papier, et non sur l’environnement.

Imprim’Vert est une marque qui existe en France depuis 1998. Depuis sa création, la marque possède une couverture nationale et même internationale, et ce sont désormais des milliers d’entreprises qui font le choix de respecter le cahier des charges environnemental Imprim’Vert.

Cette marque, reconnue par l’ensemble des acteurs de l’industrie graphique, impose 5 critères essentiels pour le respect de l’environnement à travers son cahier des charges :

  • Critère n°1 : l’élimination conforme des déchets dangereux
    Pour satisfaire à ce premier critère, l’imprimeur doit faire collecter et éliminer de façon conforme à la réglementation ses déchets par des collecteurs agréés.
  • Critère n°2 : la sécurisation des stockages de liquides dangereux
    Pour répondre à ce second critère, l’imprimeur doit sécuriser le stockage des liquides neufs dangereux et des déchets liquides en cours d’utilisation ou non.
  • Critère n°3 : la non utilisation de produit toxique
    Pour satisfaire à ce troisième critère, l’entreprise s’engage à ne pas utiliser de produits étiquetés « toxiques » (symbole « tête de mort »).
  • Critère n°4 : la sensibilisation environnementale des salariés et de la clientèle
    Il est demandé de mettre en place une communication spécifique en interne autour d’Imprim’Vert® afin de sensibiliser l’ensemble du personnel. Pour les entreprises dont l’activité est principalement l’impression numérique, elles doivent mettre en place des actions de sensibilisation environnementale qui sont propres à l’entreprise à destination de sa clientèle.
  • Critère n°5 : le suivi des consommations énergétiques du site
    Ce critère instauré en 2010 a pour objectif de sensibiliser les imprimeurs à leurs consommations en énergies. Pour cela, l’entreprise doit instaurer un suivi trimestriel de ses consommations énergétiques et transmettre ce relevé à chaque renouvellement de la marque.

Source : http://www.imprimvert.fr/page/41/7/Les-critères-Imprim-Vert

Un dernier point de… colle ?

On ne vous le cache pas, le sujet de la colle, notamment sur les enveloppes, reste délicat à traiter et pourrait représenter la tache noire au milieu de cette océan de verdure …

Mais chez Maetva, vous le savez, nous travaillons main dans la main avec nos partenaires, car nous savons que nous pouvons également compter sur eux pour proposer des solutions innovantes, de qualité et durables

L’un de nos partenaire imprimeur, propose une gamme d’enveloppes « green », faite de papier extra blanc 100% recyclé, avec une impression à l’encre à l’eau et surtout, des encollages avec des colles végétales NF environnement et même une fenêtre réalisée à partir de déchets de maïs !

Si avec tout ça, vous n’avez pas comme une envie de vous mettre au vert… ;)

Back to top