Aller au contenu principal
Humeurs

Covid-19 et vente de vin : des impacts très variables

Et comment la vente directe aux particuliers a su se démarquer.
avatar_maetva
Rédaction Maetva
Rédaction Maetva
Le Lundi 15 juin 2020 - 16:48
Certains ont littéralement saisi l’opportunité business du coronavirus pour lancer ce qui ressemble à une bonne blague Belge : le vin « Clos Roquine » ! crédit : www.clos-roquine.fr
Certains ont littéralement saisi l’opportunité business du coronavirus pour lancer ce qui ressemble à une bonne blague Belge : le vin « Clos Roquine » ! crédit : www.clos-roquine.fr

Sur fond de Covid-19, de Brexit, de surtaxe Trump et de crise politique à Hong-Kong, le marché étranger des vins français se trouve amputé d’une source importante de revenus : l’export (49% d’après La Revue du Vin de France).

Et en France, durant le confinement, les ventes de vins en GMS et CHR avaient logiquement plongé, surtout en valeur. Le tableau semble assez noir n’est-ce pas ?

Rassurez-vous : tous les circuits de distribution n’ont pas été touchés de la même manière … Notamment pas ceux qui ont su tirer leur épingle du jeu grâce à la Vente à Distance. Aujourd’hui, ils ne le regrettent pas.

Le grand plongeon des ventes

Comme nous, vous l’avez vécu pendant le confinement, votre restaurant préféré était fermé, le bar du vendredi soir où vous retrouviez vos collègues pour un after aussi, et pareil pour le petit café du coin où vous alliez lire votre journal avant d’aller au bureau…

Du côté des cafés, hôtels et restaurants

L’envers du décor, c’est que les CHR (cafés, hôtels et restaurants), canaux de vente par excellence des vins essentiellement haut-de-gamme, ont subi de plein fouet la crise sanitaire mondiale.

Mais dans les vignes le travail, lui, continue … Privée de son principal canal de diffusion, la profession se trouve dans une situation économique préoccupante.

GMS (grandes et moyennes surfaces) : un recul marqué

Le retail de son côté, subit également les effets de la crise. Certes, les « apéros connectés » ont probablement favorisé la consommation de vins à domicile, mais cela uniquement dans les vins d’entrée-de-gamme.

Ces derniers ont permis de générer un minimum d’activité pour les entreprises du vin, mais cela ne suffit clairement pas à compenser la chute des ventes à la restauration qui représentent bien souvent un quart, voire la moitié, de leur chiffre selon les vins.

Les bulles ne sont pas de la fête

Alors que les bières et les cidres ont augmenté leurs ventes, les effervescents, boissons festives par excellence, ont été très durement touchés. Avec des chutes allant jusqu’à -80% pour le Champagne, et un arrêt de la production.

La raison est somme toute logique : personne n’avait le cœur à piocher dans sa réserve personnelle ou à acheter un effervescent pour trinquer au « Coron’apéro ».

Le carton de la vente directe

Distanciation sociale oblige, la vente directe a, quant à elle, explosé. En tous cas, pour nos clients pour lesquels nous avons déployé des trésors d’adaptabilité, d’ingéniosité et d’imagination, afin de s’adapter à une actualité sans cesse mouvante.

À lire aussi : La Vente à Distance de vins aux particuliers, 6 bonnes raisons de saisir cette opportunité.

Maetva, 30 ans d’expertise en vente directe

En période de crise il y a toujours ceux qui voient le verre à moitié vide, et les autres à moitié plein… Nous avons décidé de le voir carrément plein !

La clé ? Réagir au bon moment.

Pour cela, nous nous sommes appuyés sur de nombreux échanges avec nos clients, partenaires (que nous remercions d’ailleurs par le biais de ce post), et son équipe, afin d’adapter les campagnes quasi au quotidien. La rapidité de décision et de réaction et bien entendu, l’écoute des consommateurs finaux ont permis de viser juste.

La Vente à Distance et le vin… Une histoire de longue date chez maetva !
La Vente à Distance et le vin… Une histoire de longue date chez maetva !

La VAD ne connaît pas la crise

Pour preuve, les excellents résultats de nos clients, quelles que soient les appellations et les régions.


Plus 30% pour les vins du Beaujolais, +30% pour les vins de Gaillac, une très bonne maîtrise pour les Champagne, contrairement à la chute du marché à parfois -80%, et même des vins de Bordeaux ont vu leurs ventes légèrement augmenter.


En somme, l’horizon semble plutôt positif pour nos clients VADistes du « vin ». Des performances constatées aussi bien en fidélisation qu’en acquisition, off et online, vive l’omnicanal !

Si la VAD a si bien fonctionné en cette période d’isolement social, c’est grâce au cœur même de la stratégie maetva : le relationnel client sans intermédiaire !

Il existe des valeurs essentielles et immuables à l’être humain : le besoin de contact, le lien, et ça, nous le savons chez maetva.

D’ailleurs, la cible des seniors a particulièrement apprécié de recevoir des nouvelles de ses caves par mailing dans sa boîte aux lettres. Que ce soit par la vente en ligne ou en version papier, certains clients fidèles ont voulu marquer leur solidarité avec les producteurs et ont même commandé davantage.

Comme quoi… en VAD comme dans la vie, il faut toujours savoir rebondir !

Et ça, ça nous connaît chez maetva. 😉 De quoi aborder l’avenir, proche ou plus lointain, avec confiance.

Back to top